Notions de coûts, aides publiques et primes EDF >

Coût environnemental et sociétal

Tout déplier

Rappelons que dans les territoires ultramarins tropicaux et partout ailleurs, dès lors qu’un bâtiment est conçu selon des principes bioclimatiques essentiels (protection solaire, ventilation naturelle, espaces traversants, végétation périphérique, orientations adaptée, travail sur l’albedo, etc.) et qu’il répond au mieux à son milieu et aux usages, le confort thermique de l’occupant peut être assuré. La climatisation n’est pas nécessaire et, à certains moments, la gestion bioclimatique de ce confort peut être uniquement complétée par une ventilation mécanique à très faible consommation d’énergie et à très faible impact écologique comme le brasseur d’air plafonnier.

L’utilisation d’un brasseur d’air pour se rafraîchir est un acte de résilience à part entière face à la tendance sociétale du « tout climatisé ».

  • Les brasseurs d’air sont économes en énergie : la production de l’électricité nécessaire à leur utilisation a donc une contribution moindre au réchauffement climatique global. A contrario, la climatisation représente plus de 12% des émissions de gaz à effet de serre à l’échelle mondiale dans le secteur du bâtiment qui pourrait être effacée à plus de 90% si elle était remplacée de manière généralisée par des brasseurs d’air performants : l’enjeu planétaire est donc colossal.
  • Les brasseurs d’air sont peu onéreux à l’achat, à l’exploitation et rapidement rentabilisés par rapport à un climatiseur. Grâce aux aides de l’Etat entre autres, ils peuvent permettre à tous les ménages ultramarins, quels que soient leurs moyens, d’accéder à un confort thermique correct. Ils constituent également une réponse technique adaptée pour les climats méditerranéens et même, plus globalement, pour les périodes caniculaires de plus en plus fréquentes des étés des climats tempérés.
  • Ils ne contiennent pas de fluides frigorigènes, dont la contribution au réchauffement climatique est considérable.
  • Ils ne dégagent pas de chaleur contribuant à la création des « Îlots de Chaleur Urbains » (ICU).